Vingt-trois juin

24 Juin 2008 at 2:20 Laisser un commentaire

L’an prochain, je vais demander congé la veille de la Saint-Jean. Devoir coincer une journée de travail entre deux morceaux de congé-partys-alcool-dormir-tard-farniente-alouette!, c’est non seulement frustrant — c’est carrément improductif.

Mais surtout, devoir travailler la veille de la Saint-Jean, ça pousse à manquer le début des festivités de quartier; ça nous fait quitter le bureau à la course en début de soirée pour se rendre au show organisé au parc Molson (qui, année après année, offre probablement la programmation «officielle» la plus intéressante en ville) dans l’espoir d’attraper l’orchestre St-Sipoplette, annoncé à 17h55… pour se buter à un ami qui nous annoncera (à notre grand malheur), que St-Sipoplette ont fini leur set il y a à peine 5 minutes: à 17h55.

Gatineau annoncés à 21h30 (yes!), et trois heures de bands pénibles entre temps (non non non…)? Très peu pour moi: rebroussons chemin. Faque c’est ça, c’est le 23 juin, je debout depuis 7 heures ce matin, y’est 9 heures et quelques, j’suis toute seule chez moi, j’ai un solide coup de barre et je me coucherais volontiers plutôt que d’aller danser ma vie au Lambi.

Non, vraiment.
L’an prochain, je demande congé la veille de la Saint-Jean.

Entry filed under: Musique. Tags: , .

Petit exercice d’anthropologie musicale Nourrir les animaux à coups de samples

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Sous la «jupe»

Tous ces petits bouts de crinoline rose, faite de folies, de passions démesurées et d'imperfections, que je n'arrive pas à dissimuler sous la JUPE... aussi bien les assumer!

Récemment

En 140 caractères


%d blogueurs aiment cette page :