It’s that time of the year again! (ou trembler d’antici… pation)

20 Oct 2008 at 2:45 Laisser un commentaire

Ouais, un titre en anglais. C’est le genre de phrase qui, à mes yeux, perd tout son punch si on essaie de la traduire. (Allez-y, un peu de gymnastique mentale, 2-3 essais, et vous conviendrez comme moi que ça a une sonorité ridicule ou, à tout le moins, peu convaincante.)

Donc, oui — It’s that time of the year again!
Le temps de quoi, au fait? À bien y penser, c’est probablement l’une des expressions les plus floues et/ou utilisées dans n’importe quel contexte que je connaisse. Le temps de préparer son costume d’Halloween? Le temps-de-changer-l’heure-oh-non-c’est-quelle-date-pis-on-l’avance-tu-ou-on-la-recule-je-m’en-souviens-jamais (* cette année, c’est dans la nuit du 1 au 2 novembre qu’on reculera l’heure, soi dit en passant)? Le temps des impôts? Le temps d’une dinde?

Ça peut référer à un paquet d’affaires, finalement. Mais en ce qui me concerne et, surtout, à cette période-ci de l’année, je parle bien sûr de… Rocky Horror Picture Show, live au Rialto, pour le plaisir de ces dames et de ces messieurs!

Ce film de 1975, « une comédie musicale sexy et surréelle » (pour reprendre les mots du site de Rocky Horror Montreal), est rapidement devenu un film culte, pas tant pour le film en soi que pour la tradition qui s’est créée autour : la présentation du film en salle de cinéma, avec des acteurs reproduisant l’action en simultané devant l’écran et un public déguisé, lançant des objets et criant des répliques à l’écran tout au long du film, à des moments bien précis. Et ça dure depuis plus de 30 ans! Certains cinémas aux États-Unis ont même leur séance hebdomadaire de Rocky Horror, c’est tout dire…

À Montréal, ça se déroule à chaque Halloween au magnifique théâtre Rialto (5723 avenue du Parc, juste au sud de Bernard), c’est hosté par nul autre que Plastik Patrick, et c’est toute une expérience, année après année! Et pas besoin de connaître le film par coeur, loin de là… suffit de revêtir bas résilles et mini-jupe, d’appliquer un peu de rouge à lèvres, et d’emporter un peu de riz, du papier de toilette et un journal; c’est bien assez pour se laisser gagner par la frénésie (comme Frank le chante si bien dans le film, « give yourself over to aaaaa-bsolute pleasure! »), une fois sur place!

Et pour se préparer…
— on prépare ses meilleurs moves en regardant le vidéo du Time Warp sur YouTube;
— on se met dans l’ambiance en écoutant Sweet Transvestite (MP3);
— et on tremble d’antici…… pation en attendant les 30-31 octobre et 1er novembre.

Entry filed under: Musique. Tags: , , , , , , , , .

Justin Trudeau jusque dans ma page d’accueil? Dans un astronef déflaboxé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Sous la «jupe»

Tous ces petits bouts de crinoline rose, faite de folies, de passions démesurées et d'imperfections, que je n'arrive pas à dissimuler sous la JUPE... aussi bien les assumer!

Récemment

En 140 caractères


%d blogueurs aiment cette page :