La petite école (buissonnière) du Jazz

9 Juil 2009 at 11:19 Laisser un commentaire

Voilà plus d’une semaine que ma petite métropole vibre au rythme du Festival international de jaz de Montréal. Que ses habitants sont atteints de cette fameuse «fièvre du Jazz» (étrange maladie qui pousse les gens à devenir de fervents amateurs d’un genre musical dont ils se foutent habituellement, et ce, pendant une période d’environ 10 jours — la guérison survient du jour au lendemain). Et curieusement, je n’ai pas encore mis les pieds dans le Quartier des SpectaclesMC.

Un peu à cause de l’annulation impromptue de concerts qui m’emballaient.
Un peu parce que j’ai choisi à la perfection le moment pour me péter la gueule en vélo — accident anodin résultant en un genou (et un ego!) râpé à vif, une papatte boiteuse, une plaie dans laquelle j’ai eu peur que la gangrène pogne (!) (pas du tout hypochondriaque, allô). Bref, pas l’idéal pour se planter, debout, devant une scène.
Un peu en raison de la température, je dois l’avouer (bon, de moi l’idée de chiâler sur la météo et sur le fait qu’«on a donc pas d’été» — d’ailleurs, cessez, je vous en prie —, mais vous en conviendrez que c’est peu emballant d’assister à des concerts extérieurs à la pluie battante…).
Un peu car les shows les plus alléchants (The Bug, Pawa Up First, The Dears…) étaient programmés en toute fin de soirée — rien de trop compatible avec mon métabolisme à peu près inverse à celui de Grégory Charles…
Un peu aussi par haine de ces grandes foules qui se massent inévitablement par milliers dès qu’on prononce les mots «grand événement», juste par principe, même si elles n’ont aucune idée du concert auquel elles s’apprêtent à assister.

Ouais. Voici pourquoi, cette année, j’ai fait l’école buissonnière en ce qui a trait au Jazz.

Mais je ne crois pas pouvoir résister au show de clôture, aussi non hip puisse-t-il être. Ben Harper fait partie de ces artistes que j’ai écoutés de façon assez névrosée, à la fin de l’adolescence, pour m’en désintéresser par la suite de façon radicale (je ne dois pas avoir écouté plus de dix fois l’ensemble de ses albums parus au XXIe siècle, genre). Il «fermera» le Jazz dimanche, accompagné sur scène par Relentless 7 (je me gourre, ou c’est un groupe de rock chrétien?), avec qui il a fait paraître un album dans les derniers mois — et non par les criminels innocents de mon époque groupie. Un brin blasée du nouveau stock, je l’avoue, mais j’ai quand même une de ces envies d’arriver en tout début de soirée et de me faufiler aux premiers rangs, espérant un show plus axé «grands succès» que «Hey salut Montréal, on a un nouvel album, voici des tounes que vous ne connaissez pas». (C’est beau, se penser en 1999.)

Cherchez-moi, je serai la demoiselle clopinant sur sa jambe droite, brandissant une pancarte à deux côtés: Please Bleed / The Woman in You.

Parce que ça fait longtemps…

Ben Harper – Please Bleed (MP3)
Ben Harper – The Woman in You (MP3)

Entry filed under: montréal, Musique. Tags: , , .

Meilleure pub du monde Beat It | Un flash mob en dernier hommage à MJ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Sous la «jupe»

Tous ces petits bouts de crinoline rose, faite de folies, de passions démesurées et d'imperfections, que je n'arrive pas à dissimuler sous la JUPE... aussi bien les assumer!

Récemment

En 140 caractères


%d blogueurs aiment cette page :