Montréal beat it aussi…

28 Juil 2009 at 6:24 7 commentaires

Vous avez été nombreux à aboutir ici en cherchant « flashmob michael jackson montréal » (et autres variantes de la même requête) dans les 24 dernières heures. C’est qu’après Stockholm au début juillet (je vous en avais glissé un mot), Montréal a également été l’hôtesse de flashmobs en hommage à Michael Jackson.

Je faisais partie des quelque 150 danseurs qui ont pris d’assault quelques spots bien choisis du centre-ville (esplanade de la Place-des-Arts, Square Victoria et place Jacques-Cartier). Oh que oui!

J’avais préparé un petit billet que je comptais poster à mon retour de l’événement. J’avais oublié à quel point les nouvelles se propagent vite dans un monde 2.0 (amies, je vous aime) et que ce n’était déjà plus pertinent de dire « je reviens à peine de ceci, checkez vos médias ce soir », puisque tout le monde avait déjà vu des images sur YouTube. Et mes contacts Twitter se posaient déjà un paquet de questions. Comment on peut appeler ça un flashmob si c’est organisé à l’avance? Si les médias avaient déjà été mis au courant? Si le SVPM était mis dans le coup? Qu’est-ce que ça a de spontané?*

Peut-être suis-je biaisée parce que je prenais part à l’événement, soit. Mais avoir vécu les préparatifs et l’événement «de l’intérieur» me donnent une vision un peu différente de ce qu’on a surtout vu dans les médias hier (c’est-à-dire le dernier flashmob, au Champ-de-Mars, tout à fait «media-friendly», devant une foule composée à 90% de journalistes… pas mal plus pour la forme que pour l’effet).

Enfin. La vidéo officielle, réalisée par la boîte de prod Artmistice (qui organisait l’événement), fait beaucoup mieux vivre l’événement tel qu’il s’est déroulé.

*Tant de questions, un brin de mauvaise foi… non?😉

D’abord, un flashmob doit toujours être minimalement organisé à l’avance, histoire de rassembler assez de gens pour faire un minimum d’effet, non? Et une chorégraphie complète nécessite pas mal plus de préparatifs qu’un freeze ou qu’une bataille d’oreillers, on s’entend. Plus de préparatifs et plus de technique (dans ce cas-ci, un système de son assez puissant…). Collaborer avec le SVPM à l’avance pour éviter les ennuis, c’était pas sot (et vous avez vu les policiers danser? chose si adorable!). Les journalistes? Bah. Je crois qu’en voyant qu’ils avaient eu vent de l’événement, les organisateurs ont décidé de les convier plus formellement à la quatrième représentation – ce qui permettait de faire diversion quant aux trois premières (lesquelles ont réellement pris les badaux aux alentours par surprise – je sais, j’en étais entourée! ;P).

Et de toute façon, l’instantanéité se déroule beaucoup plus au niveau du spectateur que des danseurs (pour paraphraser Tchendoh).

Entry filed under: Les Internets, montréal, Musique, Pub et médias. Tags: , , , , , , , , .

Trouvez-moi un métier…! Nouveau clip de Radio Radio

7 commentaires Add your own

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Sous la «jupe»

Tous ces petits bouts de crinoline rose, faite de folies, de passions démesurées et d'imperfections, que je n'arrive pas à dissimuler sous la JUPE... aussi bien les assumer!

Récemment

En 140 caractères


%d blogueurs aiment cette page :