Ça sent la rentrée…

29 Sep 2009 at 6:25 Laisser un commentaire

(AKA le billet qui se trouve dans mes drafts depuis un peu trop longtemps à mon goût, un peu périmé, mais que je ne peux me résoudre à flusher, même si octobre arrive à grands pas. Bienvenue dans le passé.)

« Ça sent la rentrée. » Phrase clichée parmi les clichés, certes, mais que j’utilise quand même — pour la simple et bonne raison que la rentrée, pour moi, a une réelle odeur, identifiable entre mille. L’asphalte de la rue Milton imbibée de vomi séché par le soleil, en fin d’après-midi, en plein Frosh Week McGillien, mêlée à l’haleine du jeune Ontarien un peu trop ivre, un peu trop heureux d’enfin pouvoir acheter de la bière de façon légale, loin de ses parents. (Ben quoi? Vous pensiez vraiment que j’allais soupirer de nostalgie en évoquant la fraîche odeur de nouveaux manuels scolaires à peine sortis des presses?)

Mes études étant loin derrière moi L’envie me manquant de voir des bands vus des dizaines de fois (Karkwa, Loco Locass, les Dales Hawerchuck, et j’en passe…), entourée d’étudiants à peine majeurs se trouvant dans l’assistance davantage pour la bière bon marché que pour les performances en soi (j’exagère, je sais…), je me suis volontairement tenue loin des Concerts de la RentréeMC des différentes universités montréalaises. (En fait, non. Je suis juste encore amère de ne pas avoir réussi à mettre la main sur un convoité bracelet qui m’aurait permi de voir Snoop Chien au party de la rentrée de Concordia.)

Et parce que je laisse aux autres (AKA mes si admirables collègues) l’exploit de jongler avec un boulot exigeant ET un ardu programme de deuxième cycle universitaire, le mot « rentrée » pour moi devient de moins en moins synonyme de «rentrée scolaire»… et de plus en plus, simplement, un beau moment où on ne sait plus où donner de la tête entre les multiples sorties de disques, les nouveautés télé, les parutions littéraires de septembre, alouette. Rentrée culturelle, et pas mal rien d’autre, finalement.

Le Raté boulimique détaillait plus tôt ce mois-ci sa propre rentrée culturelle en 5 (incontournables) points.

J’ajouterais à ceci ma propre liste des à-ne-pas-manquer-cet-automne :

  • La troisième saison de Mad Men, la (plus-que-délicieuse) série qui connaît un immense buzz médiatique en ce moment (et avec raison). Malheureusement non disponible à la télé câblée canadienne, mais c’est pas plus grave que ça, ça donne une utilité de plus à notre connexion Internet haute vitesse.
  • VJ Recherché et So You Think You Can Dance Canada. Parce que, on l’avoue, on aime les téléréalités qui a) nous permettent de mettre notre cerveau à off, b) mettent en scène des gens avec un minimum de talent… et c) qui comptent parmi leurs concurrents des danseurs de claquettes! (Avec Sébastien Ricard qui a avoué à Tout le monde en parle être devenu féru de claquettes pendant le tournage de Dédé à travers les brumes, j’ai l’impression que 2009 est l’année où l’on réhabilitera enfin [un peu] ce style de danse mal aimé. À mon grand bonheur.)
  • N’importe quelle sortie d’album dont la pochette est fort jolie (non, Dan Bigras, toi ça marche pas…). Je m’en fous que tu t’appelles Sean Carter et que t’aies pas besoin de mon cash : tu me donnes quand même envie que ton disque traîne sur le coin de mon bureau.

(Et Pop Montréal qui commence demain! Très énervée. On s’en reparle très, très bientôt.)

Entry filed under: Musique. Tags: , , , , , , , , , , .

Drette maintenant R.I.P. Zoobizarre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Sous la «jupe»

Tous ces petits bouts de crinoline rose, faite de folies, de passions démesurées et d'imperfections, que je n'arrive pas à dissimuler sous la JUPE... aussi bien les assumer!

Récemment

En 140 caractères


%d blogueurs aiment cette page :