Trouvez-moi un métier…!

Réorientation professionnelle? Besoin de changement? Quarter-life crisis? Mais non, mais non! Rien de bien dramatique, juste un besoin de mettre un peu de LOL dans ma vie.

Petite mise en situation. Une de mes deux grands-mères (appelons-la « Mum ») souffre de la maladie d’Alzheimer. Pour moi qui ne la vois que quelques fois par année, c’est rien de trop lourd à supporter. Mais Mum a une mémoire à court terme un tout p’tit peu… limitée. En un seul souper au resto, on peut avoir à peu près 6 fois ce même échange, à peu de mots près (admirez mon laconisme) :

Mum — Puis ma belle, qu’est-ce que tu fais de bon comme travail?
Moi — Je travaille en publicité. [NDLR : ce qu’on appelle « tourner les coins ronds », je sais!]
Mum — Ah, c’est bien. Et est-ce que tu aimes ton job?
Moi — Oui, beaucoup.
Mum — Ça fait longtemps que tu es au même endroit?
Moi — Bah, ça va bientôt faire deux ans!

Première fois, on répond gentiment. Deuxième fois, passe encore. Troisième fois, on ne peut s’empêcher de lever les yeux au ciel. De lâcher un soupir un peu trop bruyant. Quatrième, cinquième, sixième fois? Faut se mordre l’intérieur des joues pour ne pas pouffer de rire.

À la septième fois, lors d’un récent souper en sa compagnie, j’en ai eu ma claque et me suis promis que la prochaine fois qu’elle me posait cette même question six fois d’affilée, je me ferais un point d’honneur de lui répondre des trucs farfelus. Plein de métiers farfelus. Un peu à l’image de mes parents, qui n’ont jamais répondu deux fois la même chose à l'(autre!) éternelle question de Mum : « Bon, c’est quoi votre restaurant préféré ces temps-ci? »

Mais l’inspiration me manque pour lui répondre n’importe quoi du tac au tac. J’ai besoin d’un coup de pouce pour trouver des métiers au moins un peu amusants et à la fois :

  • facile à comprendre pour une octogénaire;
  • relativement PG-13 (pute de luxe n’est pas une option, on s’adresse quand même à une femme de bonne famille de O-Town);
  • nécéssitant un minimum d’études, dans la mesure du possible (peut-être Mum a-t-elle souvenir de mes belles années universitaires);
  • pas trop « contraire » à moi, c.-à-d. rien dans le domaine des sciences pures ou appliquées, principalement (je ferais pas une très bonne nursette, même fictive).

(God. On se croirait quasiment à La Tête de l’emploi.)

Des idées de génie? Ou du moins des suggestions un peu loufoques? Make ’em rain! La réussite de mes futurs soupers de famille en dépend.

Publicités

17 Juil 2009 at 2:10 9 commentaires

Un nouveau clip pour la Patère Rose

Album favori de 2009 jusqu’à présent? Sans contredit l’album éponyme de la Patère Rose (lauréats de l’édition 2008 des Francouvertes).

Le trio vient tout juste de faire paraître un deuxième clip (après Pacemaker comme premier single…), cette fois-ci pour La marelle, chanson tout à fait irrésistible par sa coquinerie. À l’image de la chanson, c’est coloré, espiègle et ensoleillé (on se demande quasiment quand le tournage a eu lieu…!). J’adore!

(Et merde à ceux qui ont osé comparé la voix de Fanny à celle d’Evan Johaness [fait tristement vécu]. Cette fille est h-a-w-t.)

16 Juil 2009 at 8:06 2 commentaires

Beat It | Un flash mob en dernier hommage à MJ

On s’entend qu’en 2009, il n’y a plus rien de nouveau ou de « jamais vu » au concept des flash mobs. Les passagers d’une gare qui s’adonnent à une chorégraphie impromptue, de plus en plus nombreux au fil d’une chanson qui sort d’on-ne-sait-trop-où? Déjà vu (amusante vidéo « virale »* pour T-Mobile).

Reste que certaines initiatives « flashmobesques » font encore sourire, même lorsqu’elles sentent un peu le réchauffé. Par exemple, cette petite performance en hommage à Michael Jackson qui s’est déroulée il y a deux jours dans une gare de Stockholm (on envie le Raté boulimique qui était dans la ville à ce moment!).

*Bon, bon… je sais, on pourrait s’étendre sur le désir de « créer du viral » à tout prix… mes commentaires sont grands ouverts si vous voulez chiâler. 😉

10 Juil 2009 at 1:16 7 commentaires

La petite école (buissonnière) du Jazz

Voilà plus d’une semaine que ma petite métropole vibre au rythme du Festival international de jaz de Montréal. Que ses habitants sont atteints de cette fameuse «fièvre du Jazz» (étrange maladie qui pousse les gens à devenir de fervents amateurs d’un genre musical dont ils se foutent habituellement, et ce, pendant une période d’environ 10 jours — la guérison survient du jour au lendemain). Et curieusement, je n’ai pas encore mis les pieds dans le Quartier des SpectaclesMC.

Un peu à cause de l’annulation impromptue de concerts qui m’emballaient.
Un peu parce que j’ai choisi à la perfection le moment pour me péter la gueule en vélo — accident anodin résultant en un genou (et un ego!) râpé à vif, une papatte boiteuse, une plaie dans laquelle j’ai eu peur que la gangrène pogne (!) (pas du tout hypochondriaque, allô). Bref, pas l’idéal pour se planter, debout, devant une scène.
Un peu en raison de la température, je dois l’avouer (bon, de moi l’idée de chiâler sur la météo et sur le fait qu’«on a donc pas d’été» — d’ailleurs, cessez, je vous en prie —, mais vous en conviendrez que c’est peu emballant d’assister à des concerts extérieurs à la pluie battante…).
Un peu car les shows les plus alléchants (The Bug, Pawa Up First, The Dears…) étaient programmés en toute fin de soirée — rien de trop compatible avec mon métabolisme à peu près inverse à celui de Grégory Charles…
Un peu aussi par haine de ces grandes foules qui se massent inévitablement par milliers dès qu’on prononce les mots «grand événement», juste par principe, même si elles n’ont aucune idée du concert auquel elles s’apprêtent à assister.

Ouais. Voici pourquoi, cette année, j’ai fait l’école buissonnière en ce qui a trait au Jazz.

Mais je ne crois pas pouvoir résister au show de clôture, aussi non hip puisse-t-il être. Ben Harper fait partie de ces artistes que j’ai écoutés de façon assez névrosée, à la fin de l’adolescence, pour m’en désintéresser par la suite de façon radicale (je ne dois pas avoir écouté plus de dix fois l’ensemble de ses albums parus au XXIe siècle, genre). Il «fermera» le Jazz dimanche, accompagné sur scène par Relentless 7 (je me gourre, ou c’est un groupe de rock chrétien?), avec qui il a fait paraître un album dans les derniers mois — et non par les criminels innocents de mon époque groupie. Un brin blasée du nouveau stock, je l’avoue, mais j’ai quand même une de ces envies d’arriver en tout début de soirée et de me faufiler aux premiers rangs, espérant un show plus axé «grands succès» que «Hey salut Montréal, on a un nouvel album, voici des tounes que vous ne connaissez pas». (C’est beau, se penser en 1999.)

Cherchez-moi, je serai la demoiselle clopinant sur sa jambe droite, brandissant une pancarte à deux côtés: Please Bleed / The Woman in You.

Parce que ça fait longtemps…

Ben Harper – Please Bleed (MP3)
Ben Harper – The Woman in You (MP3)

9 Juil 2009 at 11:19 Laisser un commentaire

Meilleure pub du monde

Je suis sans mots. Juste… totalement mystifiée par la nouvelle pub d’Evian.

Ça en prend généralement beaucoup pour qu’une publicité m’impressionne ou me fasse triper, mais je dois avouer être tombée dans le piège de ces bébés à roulettes, chose la plus adorable du monde.

À écouter à répétition en hochant la tête et en faisant «ooohhhhnnnnn» d’un air attendri.

3 Juil 2009 at 10:00 4 commentaires

De ces choses inattendues

Il était une fois une blogueuse qui, après avoir été confrontée à un événement aussi tragique qu’inattendu (non non, pas la mort de Michael Jackson!), trouvait les petits soubresauts / faux scandales de la scène culturelle québécoise (oooh! un faux sex-tape de célébrité, tentative complètement ratée de vidéo virale… oooh! des artistes anglophones au programme d’un concert de la Fête nationale… blah) tout à fait futiles, sans éclat, sans intérêt.

Elle déserta WordPress. Préféra écouter cette chanson-ci à répétition pour se remettre un peu de ses émotions (avancez la vidéo à 0:56 si vous êtes particulièrement impatients).

(Chanson qui était, à la base, un b-side de Babyshambles paru sur un obscur bootleg, puis magnifiquement reprise en 2009 sur le premier album solo de Pete Doherty, Grace/Wastelands. Elle parlerait, semble-t-il, de la relation tumultueuse de Pete Doherty et Carl Barât — ce qui fait que je n’ai aucune idée pourquoi cette chanson-là, maintenant, tout particulièrement. Mais je ne m’en lasse absolument pas!)

Pete Doherty – New love grows on trees (MP3)

27 Juin 2009 at 2:34 1 commentaire

xkcd.com/b/

Si Internet était un roman de Harry Potter, /b/* en serait probablement le Voldemort : le site Web qu’il ne faut pas nommer et dont il ne faut pas parler. Et surtout, surtout, ne pas linker. Parce qu’il est malsain, atroce et terrifiant. (Ici s’arrêtent les métaphores douteuses sur Harry Potter, parole de fille qui a seulement lu le premier tome de la série, en diagonale, il y a de ça facilement huit ans… et donc dont la mémoire s’effrite.)

Je déteste /b/ — parce que sur l’échelle du mauvais goût, le site détrône aisément les jokes de Cédrika Provencher ; parce que c’est rien de moins que les bas-fonds de l’Internet. Bien sûr, c’est un excellent incubateur de meme, ces jokes ou photos qui se répandent plus vite qu’une épidémie de grippe porcine (ok, ça va les métaphores ridicules!). Mais pour un gag qui fait rire aux larmes, beaucoup trop de trucs beaucoup trop atroces (et j’ai un sens de l’humour généralement dirt, s’entend). ‘Préfère m’en remettre au Internet Meme Database ou à Encyclopedia Dramatica.

Inutile de dire que j’ai presque ri aux larmes en consultant un de mes webcomics favoris (xkcd a webcomic of romance, math, sarcasm and language) aujourd’hui.

troll_slayer(Cliquez sur l’image pour la voir en sa taille originale, directement sur le site.)

Bonheur et hilarité.

* Pas de lien, volontairement. Le nom ne vous dit rien? Passez outre, ignorance is bliss!

1 Juin 2009 at 10:47 4 commentaires

Articles précédents Articles Plus Récents


Sous la «jupe»

Tous ces petits bouts de crinoline rose, faite de folies, de passions démesurées et d'imperfections, que je n'arrive pas à dissimuler sous la JUPE... aussi bien les assumer!

Récemment

En 140 caractères